Rêves

Imprimer Imprimer

Rêves

Certains rêves laissent une sensation de bonheur délicieuse, surtout quand on se rend compte qu’on est en plein rêve et qu’on en profite pour faire ce qu’on n’oserait jamais faire en réalité. Un rêve est merveilleux car les sensations sont décuplées par le sommeil, pendant lequel on est particulièrement réceptif, notre esprit et notre cœur, étant complètement libérés des soucis inhérents à la vie active.

Aimer peut faire très mal, les amours contrariées plongent dans les chagrins les plus terribles. Les amours partagées font vivre à la frontière de la douleur, avec la peur morbide d’y basculer à chaque instant. Et donc, dans chaque bonheur qu’on y ressent réside une part de douleur... On peut vivre le nirvana en rêve. La réalité est tout autre, certaines amours sont plutôt un cauchemar, à cause du halo d’interdit dont les entoure notre société.

Le sentiment ambigu, diaphane et en même temps asservissant qu’est l’amour existe aussi bien sur les réseaux sociaux qu’ailleurs. Peut-être est-il plus magnifié, plus romancé ici, par la distance qui attise la passion et qui met le feu à l’huile des sentiments humains. Mais chez nous, cela restera un terme abstrait qui décrit une situation encore plus abstraite ...

Les rêves sont un autre état second, où on brise les barricades de la logique, où on saute les barrières de la raison, où on chevauche des licornes en fait ... Face à tous ces états s’affrontent les rêveurs, les idéalistes, les sentimentaux, les faibles en somme et les pragmatiques, les cartésiens, les rationnels, les forts ... dans un combat aussi inégal qu’inutile...